Grace's Legacy

 

Un chien meurt dans un piège posé près du corridor aérobique

Rien n’interdit de poser des pièges à proximité des lieux publics

Eric Nicol, Actualités, Journal La Vallée

La chienne Grace n’est plus. Elle a appris à ses dépens que des trappeurs pouvaient installer leurs pièges à proximité des lieux publics.

L’événement a débuté comme une simple promenade sur le Corridor aérobique, aux limites de Saint-Adolphe-d’Howard et de Wentworth-Nord. Dans un segment où la piste longe un petit lac, la chienne s’est aventurée à l’extérieur du sentier.

C'est dans cette boite de bois que se trouvait le piège qui à coûté la vie à la chienne Grace
 

Probablement attirée par l’odeur de viande qui se dégageait d’une boîte de bois vaguement dissimulée sous des branches, elle est allée se mettre le nez là où il ne fallait pas. En une fraction de seconde, le piège lui tenait la tête.

Sa propriétaire ... l’a entendue crier et s’est empressée de se rendre à son secours. La chienne respirait encore mais il était impossible de la sortir de là à mains nues. Le temps d’aller chercher de l’aide et il était presque déjà trop tard. Grace est morte avant son arrivée chez le vétérinaire.

Pourquoi un piège

Bien qu’il puisse paraître surprenant de trouver un piège à un tel endroit, il semble que rien ne l’empêche. Agent de protection de la faune, Denis Rivard affirme que rien dans les lois qu’il est chargé

 

de faire appliquer ne peut empêcher l’installation de pièges dans des lieux qui sont susceptibles d’être fréquentés par des animaux domestiques ou par des enfants. Il soutient même qu’il ne pourrait empêcher un trappeur de poser son équipement dans un parc public.

Selon nos informations, la police pourrait éventuellement déposer des accusations criminelles contre un trappeur négligent. La Sûreté du Québec a été appelée sur les lieux de l’incident dans les jours qui ont suivi mais l’enquête n’a pas débouché sur quoi que ce soit pour le moment.

M. Rivard affirme qu’il est relativement fréquent de voir des animaux domestiques se fair prendre dans de tels pièges. «On entend des histoires semblables deux ou trois fois par année» précise-t-il. Aux États-Unis, un groupe de citoyens recense de tels événements et milite en faveur de l’interdiction des pièges semblabes à celui qui a tué la chienne Grace.

Top of Page

Home   Pictures   Commentary   Media Coverage   Leave a Comment   Petitions   Guest Book   What Can Be Done?
      Running Commentary   Main Street               Legal
        Komi   Journal La Vallée               Suggestions
        Taffy                   Actions
        Nova Scotia                   Conversation with Trappers
        British Columbia                    
        Long Island                    
        Letter to Mayor                    
        Justice Minister                    
        Elected Representative                    
       
© 2002  Web Site Development   WellWrit


Stop the Use of Inhumane Traps, and The Story of Russell